Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) représentent 97% des maladies professionnelles dans le secteur de la propreté, contre 87% tous secteurs confondus en France. Eficium participe à la démarche de lutte contre les TMS initiée par la FEP (Fédération des Entreprises de Propreté). Nous avons conscience que le domaine d’activité de la propreté rassemble des conditions de travail difficiles et dont la pénibilité est reconnue. Les gestes effectués sont souvent répétitifs, mobilisent majoritairement les membres supérieurs et les collaborateurs doivent respecter une cadence imposée, parfois élevée. En intervenant sur les lieux de travail, les entrepôts logistiques, les établissements scolaires ou encore les hôpitaux, les professionnels de la propreté jouent un rôle crucial en participant à la qualité de vie et de travail. A quels enjeux répond la lutte contre les TMS ?

Se mobiliser pour prévenir les TMS dans les métiers de la propreté

Que ce soient les entreprises de propreté ou leurs clients, tous les acteurs doivent être informés pour comprendre les enjeux de la prévention des TMS.

Cela implique de :

  • Prendre conscience de ces enjeux,
  • Adhérer aux démarches de prévention,
  • Associer les différents services : représentants du personnel, service de santé au travail…,
  • Faire appel, si besoin, à des partenaires externes.

Depuis 10 ans, la FEP a lancé une démarche d’accompagnement pour la prévention du risque de TMS spécifique aux métiers de la propreté, dédiée aux entreprises du secteur.

Chez Eficium, depuis le 1er février 2012, nous établissons une fiche individuelle pour les salariés exposés à un facteur de pénibilité. Celle-ci mentionne les conditions de pénibilité, à quelle période le collaborateur y est exposé et quelles sont les mesures de prévention mises en œuvre pour réduire ou supprimer les risques.

Le Document Unique d’Evaluation des Risques (DUER) est  une obligation légale permettant d’évaluer, pour chaque poste de l’entreprise, pour chaque situation, les risques encourus par les collaborateurs. Ce document influe largement sur nos méthodes de travail, le choix des équipements de travail, l’utilisation des substances chimiques, l’aménagement des lieux de travail…

Se questionner sur les TMS rencontrés lors de la mise en propreté

Connaître les risques

Connaître les risques signifie identifier les contraintes de l’environnement de travail afin de limiter le développement des TMS.

Il existe plusieurs causes concourant à l’apparition de TMS :

  • Liées aux matériels : des chariots de lavage obsolètes, les finitions hautes (hauteur des surfaces à nettoyer), la spécificité des ameublements …
  • Liées aux gestes répétitifs : les postures avec des amplitudes excessives pour le dos, les épaules, les poignets…, les gestes identiques à répétition, les efforts pour porter, pousser ou tirer, le manque de temps et le travail dans le stress d’atteindre les objectifs …
  • Liées aux situations à risque : nettoyer le dessous/dessus des ameublements, nettoyer les vitres en hauteur, déplacer des meubles sans roulettes ni patins …

Analyser les conditions de travail pour identifier les axes d’amélioration

Les métiers de la propreté demandent une vigilance importante due à la pénibilité avérée des conditions de travail. Pour cela, il est primordial d’analyser l’environnement des collaborateurs pour améliorer leur quotidien professionnel :

  • La gestion du travail : optimiser toutes manutentions, tous besoins de matériels et s’adapter au mieux à l’environnement en prestation.
  • Les horaires de travail : privilégier le travail en journée, favoriser les temps complets, faire en sorte que les différents sites confiés à un salarié soient proches les uns des autres pour diminuer les temps de transport.
  • La charge de travail et les pauses : trouver le bon équilibre entre la charge de travail, la cadence de la prestation et les effectifs, prévoir des pauses pour la récupération des collaborateurs.
  • La reconnaissance du travail des employés : valoriser le travail effectué.
  • La participation des collaborateurs à la vie de l’entreprise : impliquer les employés dans les projets, prendre en compte leurs suggestions.
  • Les temps de formation : former pour tout nouvel équipement, sensibiliser le personnel aux risques de TMS.

Depuis des années, Eficium s’efforce d’améliorer le quotidien de ses agents de propreté, en impliquant  également ses clients. Par exemple, en 2019, Jean-François Renault, président d’Eficium, a témoigné sur RMC au sujet de la remise en question du travail de nuit : retrouver son intervention ici.

Eficium s’inscrit également dans la Recherche et Développement de la cobotique dédiée aux métiers de la propreté, afin d’apporter des outils qui améliorent les conditions de travail des collaborateurs. Lisez l’article : La place de la cobotique dans les prestations de mise en propreté.

Maîtriser les risques dans le secteur de la propreté

Prévenir les risques liés aux TMS est réellement un enjeu d’ordre social et économique, tout d’abord par rapport aux conséquences humaines graves engendrées, mais aussi, les coûts importants qu’ils génèrent pour les entreprises de propreté.

La FEP (Fédération des Entreprises de Propreté) a mis en œuvre un programme de prévention des TMS pour les entreprises de propreté, décliné en deux démarches : une démarche d’accompagnement pour les entreprises de propreté, et une démarche de sensibilisation pour les donneurs d’ordres. Les ambitions de ce programme sont de développer la performance des entreprises, d’accompagner les entreprises dans l’acquisition d’une compétence de prévention, de mieux connaître les partenaires Prévention Santé au Travail et d’agir auprès des donneurs d’ordre et, plus largement, des clients.

Besoin de plus de renseignement ?